Fred HAILON
Université de Tours (LLL)
fredaile@wanadoo.fr
 
L'événement-argument, support de la circulation idéologique
 
 Le discours de la presse au moment de la campagne présidentielle de 2002 a pu être le théâtre d'une circulation de représentations du Front national (FN). La question se posait de savoir si cette éventuelle circulation avait pu faire exister des idées du parti d'extrême droite, leur donnant une réalité déterminante. Le champ politique à travers lequel l'opinion publique se détermine a pu être " nourri " de représentations frontistes (Hailon 2011). Il s'est agi alors de questionner le rôle et la place des médias à un moment où ceux-ci relataient et/ou mettaient en scène de nombreux faits divers en relation avec l'insécurité. Dans la continuité de ce moment phare de la vie politique franšaise, nous souhaitons comprendre les répercussions politiques et médiatiques d'un tel événement. Notre corpus de presse est balisé par la campagne 2002 et se projette dans l'après-campagne 2007. Il va de la campagne 2002 aux violences de Villiers-le-Bel de novembre 2007, il passe par la campagne 2007. Il se compose d'articles de la presse quotidienne et hebdomadaire.
Le sens à donner aux événements politiques par les médias travaille l'identité des discours représentés. La circulation de mots-événements tels que voyoucratie que nous proposons d'étudier dans ce triple cadrage temporel et événementiel campagne 2002-campagne 2007-après-campagne 2007 et la répétition d'événements-arguments tels que Villiers-le-Bel, permettent de mettre au jour les imprégnations idéologiques dans le traitement médiatique de la parole politique véhiculée. Elles font notamment apparaître des mises en rapport mémoriel entre la parole de Nicolas Sarkozy et la parole de Jean-Marie Le Pen. La mise en contexte événementiel permet d'observer une argumentation idéologique et politique stratifiée.
Dans ce travail d'analyse de discours (AD), nous cherchons à montrer comment le discours médiatique dès lors qu'il parle des banlieues s'inscrit dans un continuum sémantique ayant potentiellement en référence un extérieur idéologique (FN). Le discours du FN s'identifie par ses idées sur l'insécurité y amalgamant l'immigration. Précisément, nous orientons ce travail de recherche vers une linguistique de l'idéologie en s'appuyant sur le modèle de Jacqueline Authier-Revuz et sur les formes opacifiantes du dire décrites par celle-ci (1995). Nous cherchons à reconsidérer les propositions dialogiques du cercle de Bakhtine à la lumière de la non-coïncidence des dires et de la non-transparence des mots dans les discours, prenant en compte les phénomènes d'allusion et d'implicite idéologiques. La circulation idéologique que nous cherchons à problématiser permet d'observer les visions du monde argumentées en discours et les idéologies en présence.
 
Mots clés : circulation idéologique,  hétérogénéité foncière, historicité, idéologisation énonciative, post-structuralisme
 
AUTHIER, J. (1982) : " Hétérogénéité montrée et hétérogénéité constitutive : éléments pour une approche de l'autre dans le discours ", DRLAV, n°26, pp. 91-151.
AUTHIER-REVUZ J. (1995) : Ces mots qui ne vont pas de soi. Larousse, Paris.
HAILON F. (2011, à paraître) : Idéologie par voix/e de presse. L'Harmattan, Paris.
MOIRAND S. (2007) : Les discours de la presse  quotidienne. PUF, Paris.
SEARLE J.R. (1995) : La construction de la réalité sociale. Paris, Gallimard.