Eni Puccinelli ORLANDI
Université de Campinas, Brésil
enip@uol.com.br
 
Documentaire : événement discursif, mémoire, interprétation
 
Nous analysons un documentaire, So Carlos/1968, de Joo Massarollo, réalisé en 2008 sur un événement : une manifestation de rue réunissant des chômeurs en 1968, qui selon le récit des participants ne cherchaient qu'à obtenir l'appui de la société locale pour les aider à vivre. Or, ils se sont étonnamment retrouvés face à des policiers armés de mitraillettes et appuyés par des chars d'assaut qui les ont violemment dispersés et ont procédé à des arrestations. L'objectif de notre analyse (qui place la matérialité de la langue dans la discursivité de l'archive [J. Guilhaumou et D. Maldidier,1994], car la matérialité de l'archive impose sa propre loi à la description) est de montrer ce documentaire lui-même comme un événement discursif (point de rencontre d'une actualité et d'une mémoire [M. Pêcheux, 1981]) qui, en montrant ce que les participants racontent, produit une interprétation distincte de celle des participants, car, il lie le discours des manifestants aux relations de force d'une conjoncture donnée. L'histoire vise à documenter un événement. En parlant d'un fait, elle le place dans l'histoire.
Ce documentaire recherche la mémoire (des sujets) qu'il met dans l'histoire en montrant/disant/signifiant. Il interprète l'événement raconté en tant que fait politique : la première marche de protestation faite dans l'intérieur du Brésil, réprimée par la dictature militaire. En construisant un objet symbolique, ce documentaire produit un découpage du réel, pris comme événement discursif. Son historicité réside dans la configuration qu'il produit comme partie de la mémoire, " possibilité dune déstructuration-restructuration de ces réseaux " (M. Pêcheux, 1981). Cest un événement discursif qui produit un geste d'interprétation intervenant dans le réel du sens et provoquant un autre effet de mémoire (M. Pêcheux, 1983, M. Halbwachs, 1997), une autre version de ce qui est narré. En resignifiant la mémoire des sujets, il place dans l'histoire ce qui était passé sous silence. Il s'agit d'une nouvelle reprise et non pas d'une répétition et la nouveauté se trouve autre part, dans le retour de l'archive (J. Guilhaumou et D. Maldidier, idem). vénement qui parle d'un événement (comme le dirait Benveniste [1966] " c'est un événement car il crée de l'événement ", avec sa valeur réflexive), il semble renvoyer à un " même " fait alors qu'il ne construit pas les mêmes significations. Ce documentaire, en faisant retourner l'événement, montre l'évidement du politique (sous la botte de la dictature, avec sa censure) et, ce faisant, son auteur trouve une faon pas directement politique de montrer le politique, et ses multiples effets.
 
Mots clés : documentaire, événement discursif, interprétation, matérialité symbolique, mémoire
 
E. Benveniste (1996) Problèmes de Linguistique Générale I, Gallimard, Paris.
J. Guilhaumou et D. Maldidier (1994) " Effets de l'archive. l'analyse de discours du côté de l'histoire ", in Gestos de leitura, Et. P. Orlandi (org), Ed. Unicamp, Campinas.
M. Pêcheux (1981) Discours : structure ou événement, Pontes, Campinas.
M. Pêcheux (1983) " Rôle de la mémoire ", ENS, Paris.
M. Halbwachs (1997) La mémoire collective, Paris, Albin Michel.