Ramona PAUNA
 Université Paris 13, CNRS UMR Lexiques, Dictionnaires, Informatique
Temis SA, 164 Rue de Rivoli, 75001, Paris
rpauna@gmail.com
 
Une description linguistique de la notion d'événement
 
Nous proposons une définition et une typologie de la notion d'événement sur la base de critères linguistiques. Nous reprenons la division tripartite (fortuits, créés, cycliques) proposée par G. Gross et F. Kiefer (1995), montrant que leur sens propre l'emporte sur leur valeur aspectuelle (cf. A. Kenny (1963) et Z. Vendler (1967)).
D'abord, nous démontrerons que les événements fortuits (tremblement de terre, catastrophe) sont le fruit du hasard et qu'ils échappent à la volonté de l'homme. Leur caractère aléatoire détermine des propriétés syntaxiques spécifiques : a) impossibilité d'une intervention humaine (* déplacer un tremblement de terre) ; b) présence d'adjectifs d'éventualité : inattendu, imprévu, accidentel ; c) conjugaison à l'aide de supports spécifiques (se produire).  La description linguistique des prédicats fortuits sera affinée en fonction de leur aspect intrinsèque (ponctuel : déclic, court-circuit ou duratif : grippe, incendie, etc.).
Deuxièmement, nous procéderons à une description des événements créés (défilé militaire, cérémonie) qui impliquent la présence d'un agent humain et qui diffèrent des fortuits par bien des aspects : le verbe support prototypique n'est pas se produire mais se dérouler ;  ils peuvent être annulés (On a supprimé le défilé), reportés à une date ultérieure (Le défilé est remis à dimanche), on peut en modifier leur lieu (Le défilé est transféré ailleurs), etc. Les causatifs aussi sont différents : donner lieu à, occasionner et non provoquer, etc. Ces deux types d'événements se distinguent donc par un grand nombre de paramètres explicites.
Dans un troisième temps, nous décrirons des événements cycliques (fêtes civiles ou religieuses, anniversaires), en nombre plus restreint et avec une syntaxe moins complexe : Noël tombe le 25 décembre. Ces événements sont interprétés comme des causatifs opérant sur des prédicats d'action : Noël donne lieu à des réunions familiales.
partir de cette typologie, nous proposerons une description des constructions causales qui opèrent sur les événements, en montrant que, selon leur nature sémantique, les événements sélectionnent des opérateurs causatifs spécifiques (appelées aussi causes événementielles). L'objectif de cette communication est de donner une description linguistique d'ensemble des événements, qui loin d'être homogènes, représentent une hyperclasse qui intéresse de plus en plus le monde de la recherche et des entreprises.
 
Mots clés : cause, domaine d'application, événement, syntaxe et sémantique
 
Ahn D. (2006): " The stages of Event Extraction ", Proceedings of the Workshop on Annotating and Reasoning about Time and Events, ACL Workshops, pp 1-8. 
Gross G., Kiefer, F. (1995) : " La structure événementielle des substantifs ". Folia linguistica 29 (1-2), pp. 43-65.
Gross G., Pauna R., Valetopoulos F. (2009) : Sémantique de  la cause. Peeters. Leuven-Paris.
Kenny A. (1963): Action, emotion and will. London. Routledge and Kegan
Pauna R. (2007) : Les causes événementielles, Thèse de doctorat, Université Paris 13.
Vendler, Z. (1967): " Verbs and times ". In Z. Vendler (Ed). Linguistique in Philosophy. New York, Cornell University Press.